Chargement des informations GPS. Veuillez attendre...

Une aventure de survie extrême au nord du 52e parallèle

MétéoMédia

14 août 2012 — (16h40) Un aventurier qui n'a pas froid aux yeux s'est lancé dans un défi de survie extrême dans le nord du Québec. MétéoMédia suit son expédition depuis le début et il en était à sa neuvième journée mardi.

L’aventurier Frédéric Dion s’est lancé lundi dans une aventure périlleuse. Largué par hydravion au nord du 52e parallèle, les yeux bandés, il tente de retrouver son chemin vers la civilisation depuis le lundi 6 août.

Il en était à sa neuvième journée mardi. Il se trouve actuellement sur la rivière Péribonka et espère regagner la civilisation ce week-end.

Comme si ce n’était pas déjà assez difficile, Frédéric Dion ne s’est muni que de quelques outils, soit un couteau, un briquet, du ruban adhésif, une boussole, un hameçon, une tête de hache, du fil à pêche, un tir-roches et du fil à collet. Pas de nourriture, pas de carte, et pas de GPS!

« Dans mes conférences, mon message est d’oser l’aventure, de passer à l’action. Oser l’aventure, c’est sortir des sentiers battus, et pour moi, un projet comme celui-là, c’était sortir des sentiers battus. Et jusqu’à maintenant, c’est toute une aventure! », a-t-il indiqué en entrevue à MétéoMédia.

Évidemment, la météo pourrait venir compliquer les choses. Au jour 2 de son expédition, les précipitations avaient déjà rendu les conditions difficiles. « Il y a eu beaucoup de pluie au cours des derniers jours. Le sol est imbibé, les rivières sont en crue. Ça commence bien l'aventure! », a-t-il dit.

Frédéric Dion est un habitué des expéditions dans des endroits peu hospitaliers, lui qui a notamment voyagé en Alaska, en Amérique centrale et en Afrique. Il a également donné plus de 1000 conférences sur ses aventures.

Il est possible de suivre l'aventure via un blogue sur le site Web fredericdion.com. La population y est également invitée à faire des dons à Opération Enfant Soleil.

Vous pourrez également suivre les aventures de Frédéric Dion sur les ondes de MétéoMédia, qui communiquera avec lui tous les deux jours.